Une entrepreneuse par nature

Fatiha est l’une des premières femmes inspirantes que nous avons rencontrée dans le cadre de ce projet. Son caractère, sa volonté et la somme de ses engagements nous ont tout de suite convaincus de réaliser son portrait vidéo.

Chez elle, l’entreprenariat est une nature qui révèle de nombreux visages. Commerçante sur les marchés de Toulouse, traiteur, bénévole mais également femme de ménage établie à son compte, l’énergie de Fatiha nous a tout de suite touchés.

Nous avons fait le choix lors de la préparation de ce portrait d’orienter celui-ci vers l’activité de restauratrice de Fatiha. Comme l’indique cette dernière en fin de portrait, son activité s’inscrit dans un projet plus large d’ouverture d’un restaurant. Cette réelle force à pouvoir traduire un objectif lointain en étape concrète reste l’une des grandes forces de Fatiha.

Notre vidéaste a pu la suivre dans ses différents environnements, et la construction de ce portrait nous a menés à quelques réflexions que nous vous partagerons dans cet article.

 

Des lieux de tournage reflétant les richesses de Toulouse

Lors de la réalisation de ce portrait vidéo, une grande richesse d’environnements a servi le tournage.

Le marché de Saint-Aubin à Toulouse

Lieu emblématique de la vie toulousaine, représentatif d’une réelle capacité de la ville à créer de la mixité, le marché de Saint-Aubin accueille le stand de cuisine de Fatiha chaque dimanche, et cela depuis de nombreuses années.

Afin de pouvoir filmer cette ambiance si particulière, nous avons dû découper le tournage sur deux dates différentes. La première session s’est concentrée sur la mise en place du marché, tôt le matin. La seconde session s’est déroulée sur la fin de matinée, lorsque l’affût de clients est le plus dense.

La principale difficulté pour notre cameraman fut de rester au plus proche de Fatiha sans perturber le travail des commerçants. Nous avons été également fascinés par la découverte de ce milieu, un univers d’entraide, de tension et de rivalité.

Production audiovisuelle avec Fatiha par notre societe de production audiovisuelle à Toulouse.

Les Halles de la Cartoucherie

Situées dans le nouvel écoquartier de la Cartoucherie à Toulouse, ces halles en cours de réhabilitation accueilleront à terme plusieurs restaurants, bureaux, salles de sport ou événements culturels.

Dans le cadre de sa candidature à l’appel à projet « Halle gourmande« , Fatiha a pu servir de nombreux clients lors d’une soirée que nous avons pu filmer. L’enjeu pour elle était immense, cette soirée représentant un véritable baptême du feu pour la cuisinière.

Film corporate avec Fatiha par notre prestataire audiovisuel à Toulouse.

 

Un féminisme inclusif

Lors de cette plongée dans l’univers de Fatiha, nous avons pu également nous attarder sur la notion de féminisme.

Il nous est apparu important de souligner la vision de Fatiha, notamment lors du passage mentionnant son mari. L’émancipation de l’entrepreneuse passe bien entendu tout d’abord par l’autonomie dans la concrétisation de ses projets.

Mais elle se traduit également par l’implication de son mari dans ces mêmes projets. Cette force de complémentarité, ainsi que la grande douceur de ce duo, nous ont particulièrement touchées.

Video entreprise avec Fatiha par notre videaste à Toulouse.

 

Questionnement autour de la subjectivité

Nous avons été confrontés ici à une problématique qui s’avérera récurrente lors de la réalisation des portraits suivants.

Suite au tournage de la première étape de ce portrait (voir le processus de production en question), notre monteur vidéo s’est trouvé en présence d’un entretien conséquent, mentionnant de nombreuses thématiques que nous n’avions pas anticipées. Un difficile processus de sélection s’est avéré donc nécessaire, et la construction d’une écriture au montage en collaboration avec notre client l’association Mots-Tissés, mais également avec Fatiha.

Nous avons donc centré le portrait de Fatiha sur son activité de cuisinière, au détriment d’autres parties de sa vie. Ce choix, bien qu’il soit fait en accord avec tous les participants au projet, pose la question d’une subjectivité travaillée collectivement.

Habitués des réalisations de films corporate, nous savons aborder la valorisation d’un service ou d’un produit.

Le travail de ces portraits, au contraire de la promotion, est l’expression d’une vision indépendante, libre et subjective. Mais qu’en est-il alors d’une production audiovisuelle qui, souhaitant se rapprocher du documentaire, glisse peu à peu vers une valorisation quasiment promotionnelle de son sujet ? Il s’agira peut-être simplement ici d’affirmer que notre collection de portraits se rapproche davantage du format « reportage », présentant alors nos sujets dans un mouvement lisse et quasiment uniforme.

Tournage avec Fatiha par notre prestataire audiovisuel à Toulouse.